HANDBALL.Nationale 1 Faute d'avoir respecté son adversaire d'entrée, le SMV a peiné devant Saint-Gratien/Sannois, s'imposant sans panache (26-24), hier au Grévarin. Onzième minute de jeu, le SMV inscrit enfin son deuxième but par Kalasauskas. Le premier avait été marqué d'entrée dès la première minute par Romain Gascoin, une des rares fois où l'ailier a été servi en temps et en heure par ses partenaires… Saint-Gratien mène au tableau de marque 5-2. Logique, rien à redire tant les Normands perdent des ballons (huit). Tabarand n'a pas sa réussite habituelle, c'est suffisant pour donner des ailes aux visiteurs. Deux arrêts du portier local, deux buts inscrits, un par Kalasauskas, l'autre par N'Guessan entré à la place de Martinovic (3-5, 12e) le SMV n'est pas largué. Juste une réaction car derrière les banlieusards parisiens se détachent à nouveau. Mano prend un temps mort (13e). Rien à faire, les Vernonnais sont aux abonnés absents, les passes sont imprécises, les tirs sans conviction. Saint-Gratien passe son avance à quatre buts (7-11, 25e). Kalasauskas met le turbo, se joue de la défense visiteuse. Gracia marque enfin de l'aile, un dernier but de N'Guessan. Il y a moindre mal à la pause (11-12). « Déjà lors du briefing, je me suis rendu compte que les paramètres n'étaient pas près, avoue Christian Mano. Humainement je comprends, handballistiquement parlant c'est une faute grave de ne pas respecter ainsi un adversaire ! » Martinovic assure Dans les vestiaires, les pendules ont été remises à l'heure. Quintallet et ses partenaires rentrent cette fois dans la partie, Tabarand enchaîne les arrêts, Kalasauskas est le plus régulier, Martinovic démontre qu'il est bien là dans les moments chauds. C'est suffisant pour passer en sept minutes un 5-0 aux visiteurs (16-12). La machine n'est pas définitivement sur les bons rails. Saint-Gratien/Sannois ne reviendra jamais à la hauteur du SMV, mais ne sombrera pas. Les joueurs de Bruno Potard s'accrochent, ils sont à deux longueurs (15-13, 42e). « Heureusement il y a les éclairs de Kalasauskas et Martinovic, admet Christian Mano. Derrière on rate des immanquables notamment des ailes où l'on éprouve des difficultés dans la finition. » Sans briller, sans faire du spectacle, laissant le public sur sa faim, le SMV est resté jusqu'au coup de sifflet final devant. A cinq minutes de la fin, Tabarand est sanctionné après un choc avec Benali… Le visiteur se fait justice, transforme le penalty, Saint-Gratien est à une portée de fusil du SMV (23-22). Kalasauskas prend ses responsabilités, une fois, deux fois, puis Quintallet signe l'ultime but après un penalty arrêté… par Tabarand ! Les Normands s'en sortent bien (26-24). Ils restent invaincus comme Massy, Lanester et Semur-en-Auxois. « Psychologiquement parlant, nous n'avons pas rempli notre mission, martèle Mano. Samedi prochain à Bordeaux, il va falloir montrer un autre visage et cette semaine travailler pour retrouver la rigueur qui nous a fait totalement défaut aujourd'hui. » Catherine Lenoir Source Paris-Normandie