Cinq matches, cinq victoires, la dernière en date devant Massy (29-26) hier après-midi dans un Grévarin qui se remplit de plus en plus au fil des semaines. Le SMV continue sa marche en avant, élimine match après match des candidats au podium. Il ne reste plus que deux formations invaincues : Lanester et le SMV. Ce succès face à Massy aurait pu être plus probant sans les nombreuses pertes de balles en fin de partie. Car à la 40e minute de jeu Quintallet et ses partenaires possèdent neuf buts d'avance (24-15). Des changements pour faire souffler les uns et les autres, un relâchement en défense et les Franciliens se rapprochent à trois longueurs au final (29-26). Christian Mano esquive les critiques : « Notre objectif principal était de battre Massy, ce que nous avons fait après avoir réalisé une bonne sortie à Bordeaux. Maintenant il nous reste le déplacement à Mainvilliers dimanche prochain. C'est le triptyque que nous nous sommes fixé, nous devons l'atteindre. » Un 6-0 déterminant Le SMV a été long à rentrer dans la partie, laissant Massy prendre la direction du jeu, provoquer à l'occasion les Normands qui sont restés concentrés, heureusement. A la 20e minute les hommes de Mano affichent un retard conséquent au tableau de marque (5-10). Martinovic et Kalasauskas sont les seuls à avoir réussi à tromper Leconte. Puis la machine se met enfin en route. En cinq minutes le SMV passe un 6-0 et devance Massy (11-10, 25e). Ensuite Tabarand multiplie les arrêts, la défense rassurée se montre plus rigoureuse, les attaquants sont efficaces à l'image de Gracia intenable au retour des vestiaires. William Mériel retrouve le sourire, ses protégés feront la course en tête jusqu'au coup de sifflet final. « Je n'ai pas apprécié l'entame de la rencontre, lance le président. Il ne faudrait pas avoir si souvent de tels passages à vide ! » Christian Mano est de son avis. « Psychologiquement ils ont eu un peu de mal à se mettre dedans pour un duel de ce niveau, ils se sont fait marcher dessus » Puis pour justifier la baisse de régime en fin de partie le coach ajoute : « Quand j'effectue les changements les gars sont longs à retrouver le rythme, ils perdent des ballons. Il nous manque encore de la rigueur pour terminer au top. Il faut continuer à travailler afin de parvenir à jouer deux fois trente minutes à fond. Enfin nous venons d'assister à un match de haut niveau. La relation défense - gardien a bien fonctionné. Il y a eu quelquesbelles contre-attaques, de la vie dans le ballon et nous demeurons invaincus c'est le principal. » Catherine Lenoir Source Paris Normandie